Interviews

Benamar Sofiane l’invité du forum « Eddiwaan » : « La gestion de Mehiaoui m’a poussé à me retirer »

« J’ai perdu les élections à cause de la D.J.S et je ne peux pas travailler avec un bureau qui cherche à toucher des salaires !!! »

*Mon objectif est de mettre le WAM en Ligue 1 professionnel

*Je refuse que l’accession en Ligue 2 soit décidée sur un match barrage !

*4 milliards comme masse salariale au MCO c’est trop !

Invité hier à la mi-journée au forum Eddiwaan, le jeune président du Wided Amel de Mostaganem, Benamar Sofiane connu dans le milieu de la nuit par le sobriquet de « Ganfouda » n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour fustiger le président du MCO Tayeb Mehiaoui avec sa façon de gérer le club oranais, lui qui est actionnaire avec 600 millions de centime dans le capital de la SSPA.

« L’entourage pourri m’a poussé à ne pas présider le club »

Benamar a même indiqué qu’il était pressenti pour présider le MCO ça fait 4 ans, mais que certaines interférences ont changé la donne : «Malheureusement l’entourage du club pourri. Notamment ceux qui peuvent tout faire après avoir touché 2000 DA, m’ont poussé à ne pas prendre les rênes du club, et c’est eux le mal de ce club prestigieux, je sais que ceux qui m’insultent sont payés pour ça, mais malgré cela j’ai intégré la SSPA, en achetant d’une manière légale les actions de Larbi Abdellillah et et Benchenni Charef et je ne vous cache pas que je suis venu au MCO car c’est mon club de cœur, mais aussi grâce à mon associé, Youssef Djebbari ».

« Mehiaoui n’a pas respecté notre feuille de route »

La question que beaucoup se sont posés, sur Benamar est le fait qu’il s’est retiré, après avoir commencé le travail avec Mehiaoui : « Certes, Mehiaoui est mon ami, mais je ne partage sa façon de gérer le club. Au début on avait convenu que les décisions doivent être d’une manière collégiale avec le conseil d’administration, mais malheureusement, il n’a pas respecté cette feuille de route, il prend tout seul les décisions et moi je ne cautionnais pas ces décisions, alors, j’ai décidé de me retirer et le laisser travailler à sa façon. Au début j’ai tout fait pour l’aider en ouvrant le local au centre-ville, commencé le recrutement en prenant attache avec Belkaroui, Belkhiter et même Djabou, mais en constatant certaines pratiques j’ai décidé de me retirer dans le calme, sans poser de problèmes ». Benamar a ajouté : « J’aurais aimé que le conseil d’administration du MCO soit comme celui du Raja Casablanca ou j’ai des amis, c’est eux qui viennent en aide au club quand il a besoin d’argent ».

« Le choix de Casoni c’est son choix, moi je voulais Bouakkaz et Haddou »

Parmi les décisions dont Mehiaoui n’avait pas consulté les actionnaires est celle de l’entraîneur : « Au départ on avait convenu de ramener Bouakkaz avec Haddou Moulay, mais d’un seul coup, il a décidé tout seul de nommer Casoni et c’est à lui d’assumer ce choix, car ce dernier manque à chaque fois de respect au MCO et cela m’agace énormément ».

« La masse salariale du MCO est trop élevée »

L’un des membres du conseil d’administration du MCO trouve que Mehiaoui a trop gonflé les salaires des joueurs : « J’ai peur qu’on paye au prix fort, cette gestion de Mehiaoui avec des salaires exorbitants, une masse salariale qui dépasse les 4 milliards de centime c’est de la pure folie, les dettes risquent de s’accumuler  par la suite ! ».

« Désormais la présidence du MCO ne m’intéresse pas, mon objectif est de mettre le WAM en ligue 1 »

Dans l’état actuel des choses Benamar nie toute intention de présider le MCO : « La présidence du MCO ne m’intéresse pas du tout, je suis prêt à aider oui, mais mon objectif et ma concentration est avec le WAM, que je veux faire accéder en Ligue 1 professionnel, d’ailleurs je fais tout pour atteindre cet objectif, en recrutant par exemple des joueurs de la Ligue 1 et cela afin de jouer la carte de l’accession, je suis un gars ambitieux, je veux réussir ma mission inchallah ».

« Il fallait mettre un terme au règne de C.E.O car il ne pouvait pas ramener de l’argent »

Benamar est revenu sur la décision des actionnaires de ne pas renouveler le bail de Chérif El Ouezzani à la tête du club : « Il fallait mettre un P.C.A et puis il fallait quelqu’un capable de ramener de l’argent et non pas le contraire et celui qui se prétend enfant et amoureux de ce club ne doit pas l’attaquer à la commission de résolutions de litiges ! ». Une critique bien ciblée pour l’actuel entraîneur du RC Relizane.

*******////////******

Le Widad de Mostaganem, véritable tremplin

Pour ce qui est de son poste actuel a la tête du widad de Mostaganem,  et ce depuis son intronisation au poste de président Sofiane Benamar, le nouvel homme fort  et actionnaire de la SSPA/MCO, n’a qu’un seul objectif et un seul but, redorer son blason terni et le remettre sur le devant de la scène sportive nationale. Un lourd fardeau pour le président du WAM dont l’ambition est de sortir le plus tôt possible le Widad du labyrinthe dans lequel il se trouve depuis des années. Les préparatifs entamés en tout début de saison sont resté bloqué du fait que la régionale trois n’a pas encore démarré chose qui irrite beaucoup le président du WAM. Benamar Sofiane n’a pas lésiné sur les moyens pour atteindre le but assigné, et affirme que sa priorité demeure le retour du public du Widad. Il nous affirma, « Nous sommes conscients de l’exigence des supporters widadis qui souhaitent leur équipe quitte les divisions inférieures pour retrouver sa place d’antan », commencera par dire le premier responsable du club.  A propos des ambitions, jouer la montée en DNA est légitime par rapport au passé et la notoriété d’une formation de la trempe du Widad de Mostaganem, mais cela exige la contribution de toutes les parties concernées, autorités locales, dirigeants (anciens et nouveaux), supporters pour créer l’union sacrée autour de l’équipe chère à Kaid Omar, l’ex-président emblématique.

« Je suis contre l’idée d’une saison blanche ou de désigner le promu par un match barrage ! »

Parlant de son club, le WAM, il se montre inquiet sur la possibilité de décider une saison blanche : « J’aimerais bien que le ministre de la Jeunesse et des Sports intervienne pour qu’on décide la date de la reprise des entraînements et de la compétition et personnellement je suis contre l’idée de décider une saison blanche, d’autant plus que j’ai investi de l’argent dans le recrutement et la désignation d’un entraîneur. J’ai investi gros avec des joueurs de ligue 1, car mon vœux est d’accéder ». Pour le probable énième changement de système de compétition Benamar a bien précisé son opinion : « Je ne veux pas qu’on décide le promu par le biais d’un match barrage, c’est inconcevable de décider le travail de toute une saison en 90 minutes seulement ».

« Avec le football je veux redorer le blason de Mosta »

Enfin, le président des Widadis veut s’appuyer sur le football pour aider l’économie de la 27eme wilaya : « Avec le football en remettant le WAM en Ligue 1, cela va donner du tonus à la ville de Mostaganem, notamment le tourisme, personnellement j’ai trois établissements hôteliers sur place. Le Football fait vivre la ville ».

                                                                                            L.Nacer

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/eddiwan/public_html/fr/wp-includes/functions.php on line 4755