Événement

L’AFFAIRE DE MONTAGE AUTOMOBILE ET FINANCEMENT DU 5EME MANDAT: Des peines de 20 ans de prison requis à l’encontre de Ouyahia et Sellal

Le procureur général près la Cour d’Alger a requis mercredi après midi, une peine d’emprisonnement de 20 ans à l’encontre des deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, et une amende d’un (1) million de Da pour chacun d’eux dans l’affaire de montage automobile et financement occulte de la campagne présidentielle de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika.

La même juridiction a également requis 15 ans de prison ferme à l’encontre des anciens ministres de l’Industrie, Mahdjoub Bedda et Youcef Yousfi, et une amande d’un (1) million Da pour chacun des accusés. Le Procureur général a requis une peine de 10 ans de prison ferme et une amende d’un (1) million Da pour l’ancien président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), Ali Haddad, ainsi que les hommes d’affaires Hassan Arbaoui, Ahmed Mazouz et Mohamed Baïri. Les mêmes peines ont été requises à l’encontre de l’ancienne wali de Boumerdès, Yamina Zerhouni, mais également à l’encontre de Hadj-Saïd Malek et Aouaroun Mohamed. S’agissant du fils de l’ancien Premier ministre, Fares Sellal ainsi qu’Amine Tira, Mustapha Abdelkrim, Mohamed Alouane, anciens cadres du ministère de l’industrie, le Procureur général a requis de huit (8) de prison et une amende d’un (1) million Da. Pour les personnes morales, le Parquet général a requis de les voir condamnées à des amendes fermes équivalant à cinq fois le maximum des peines prononcées à l’encontre des personnes physiques, avec confiscation des sommes d’argent saisies, interdiction aux employés d’exercer leurs droits civiques et familiaux et exclusion, pour une durée de cinq ans, des  marchés publics.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer